albweb.fr


Islande

















Après avoir vu de nombreuses photos sur le net, et entendus des retours d’expérience très positifs de voyages en Islande, je ne pensais ne pouvoir en revenir que déçu tant les attentes étaient fortes. Et pourtant l’Islande m’a étonné, épaté, enchanté. J’adore les grands et beaux espaces, j’ai été servi. 

Au programme : le sud, ses cascades et ses glaciers par la route circulaire, puis 24h au cœur de l’île dans le Landmannalaugar.

Vidéo du voyage

Informations

Durée :

  • Je suis parti 6 jours avec un pote nazi photos comme moi 🙂 qui avait déjà fait un premier séjour en couple sur la route 1. Le but : se lever à 6h tous les jours et retourner tous les spots interessants de l’ile dans le sud, et autour du landmannalaugar.
  • Arrivée le samedi matin, retour dans la nuit du jeudi au vendredi (départ 1h / arrivée 6h)
  • Logement : trois nuits en guesthouses (salle de bain partagée), + une nuit au refuge du landmannalaugar : 500€
  • Nourriture : la bouffe est hors de prix, compter 25€ pour une pizza marguerita, ou un fish & chips. Donc vive les supermarchés bonus ou de station service pour acheter du pain de mie et du jambon 

Transport :

  • Vol Paris – Reykjavik par Iceland Air
  • Voiture un duster 4×4 (pour pouvoir emprunter les routes F non carrossées) chez Geysir

Compte Rendu

J1 : le cercle d’or

J’étais plutôt pour zapper le cercle d’or qui tient plus du parc d’attraction blindé de touristes qu’autre chose, mais comme c’est sur la route ça aurait été bête de s’en priver.

Il fait un vent à décorner les boeufs, il y’a beaucoup de monde, les paysages sont un peu tristounes, mouais. Le geyseir est marrant, et gulfoss est quand même super impressionnant comme cascade.

Fort heureusement la semaine de la chatte en titane côté météo va commencer dès qu’on arrive à Hjalparfoss : un petit soleil pas piqué des hannetons fait son apparition, et nous révèle les premières beautés islandaises.

Premier dodo dans un petit chalet super sympa, avec hot tube privé : Ból Holiday Home

J2 : Le Landmannalaugar

Sur la route qui mène au Landmannalaugar (la f208 nord, super facile d’accès, aucun gué, juste quelques cailloux), on s’arrête tout d’abord à Haifoss pour notre premier trajet pur 4×4, et sa double cascade, un peu dans l’ombre au matin, mais déjà super joli (à voir dans le film).

Il fait déjà grand soleil, et toute la f208 va nous retourner le cerveau, tellement c’est beauuuuu. Les couleurs des montagnes, c’est comme j’ai pu le lire partout : un mélange de marron/orange/vert/jaune/je sais pas quoi, réhaussé de grandes traces de neige, sous ce soleil, c’est magnifique. Et je découvre un autre truc sur l’Islande : c’est rempli d’eau. Des rivières partout, des lacs, des chuttes d’eau, des glaciers, pas un instant sans tomber sur de l’eau.

On débarque au camping, où on a réservé un emplacement pour dormir dans un des refuges en dur. Côte literie, c’est spartiate, chambre de 20 personnes toutes collées les unes aux autres, mais c’est pas encore plein donc on respire encore. Il y’a des douches (payantes), c’est cool.


On se fait une super rando à travers les champs de lave refroidis, puis montée sur les crêtes, c’est magnifique. Le tout avec un superbe soleil, la chance toujours. On est vraiment conscient d’avoir eu de la chance de voir cette région ainsi, quand on entend parler de gens au refuge qui sont restés plusieurs semaines sans rien voir d’autre que la pluie, ou contraints par la neige à arrêter la rando au bout d’une heure.

 

Dodo difficile au refuge, il fait en effet jour toute la nuit, et sans volets + le bruit autour de nous, je galère un peu pour récupérer.

J3 – La route 1 au sud

On avait prévu cette journée en tampon au cas où la météo nous empêche de profiter du Landmannalaugar en J2, mais là les prévisions virent au nuageux, on a bien randonné hier, et toutes les promenades à la journée, semblent tourner un peu autour du même point de vue. Du coup on quitte cette superbe région, et la f208 sud étant encore fermée, on se retape tout le trajet dans l’autre sens, pour revenir par Hella et Vik, ojectif : rejoindre Skaftafell dans la soirée.

Au passage on fait les spots de chute d’eau bien connus : Seljalandsfoss et Skógafoss, un peu nuageux mais on aura l’occasion de les refaire au retour en fin de voyage. On s’arrête plus longuement à Dyrhólaey, réserve d’oiseau avec un joli point de vue sur la plage de Vik, là encore sous un superbe soleil.

Avant-dernier point de vue de la journée le canyon de Fjaðrárgljúfur, sympa à voir, dur à photographier vu qu’une partie est déjà dans l’ombre.

Et enfin on tente la route jusqu’au Laki, superrrrrrrbe route avec plusieurs petits gués. Mais compter plusieures heures pour l’aller et retour, perso on a pas été au bout, on a été stoppé par un gros gué qui nous semblait pas passable avec le Duster.

C’est déjà l’heure du repos dans une guesthouse complétement paumée, mais super sympa : Eldhraun Guest House

J4 – Skaftafell

Parc national exceptionnel entre glacier, montagne et verdure. Les employés du visitor center nous confirme ce qu’on pressentait : la météo est exceptionnelle. Quand on leur demande si c’est ok pour grimper sur les cols : « c’est vraiment la journée idéale pour le faire ». Alors go. 

Petite halte tout d’abord sur le début du chemin pour voir Svartifoss, et ensuite on attaque les choses sérieuses.

Avec ma condition physique de marshmallow, j’en ai grave chié durant la rando, on a un peu sous estimé le temps de trajet, on est parti à 9h30 du visitor center, avec une gourde d’eau, un paquet de Prince, et quelques barres énergétiques, on a enchaîné deux boucles dans les montagnes pour ne redescendre qu’à …. 17h. J’étais cuit par la durée de la marche, et surtout le soleil, qui m’a laissé la tronche un peu cramé (un coup de soleil en Islande la honte putain, mais la chance aussi !)
Mais ce qu’on a vu était exceptionnel, des panoramas de ouf partout, avec au bout du trajet une vue complète sur tout un bras du glacier. On a commencé en tshirt, et fini avec polaire et kway au fur et à mesure qu’on s’en approchait.

On a fait la boucle 53

Un super site (je me rend compte que j’ai quasiment pas ramener de photos, mais c’est clairement le genre d’endroits qui ne vaut que par une vision globale à 360°)

Heureux mais fourbus, on reprend la route pour dormir à côté de Jokulsarlon, dans une guesthouse un peu pouilleuse (la cuisine partagée digne d’une caravane…) : Skyrhúsid Guest House. C’est vraiment cher pour ce que c’est.

On profite un peu de Jokulsarlon, mais pas mal de monde et lumière un peu dure, on reprend rdv pour le lendemain matin.

 

On a tellement eu beau temps pour l’instant, avec notre rythme à base de lever 6h, on mange un bout de jambon entre deux tranches de pain de mie le midi sur la route, qu’on a presque une journée d’avance sur le planning. On décide donc d’annuler notre deuxième nuit prévue ici, et de faire une zone bonus : un petit bout des fjords de l’ouest de l’ile. Ca fait beaucoup de bornes, la météo à pas l’air géniale demain sur l’ile, mais c’est toujours mieux que de tourner en rond.

J5 – Jokulsarlon et route 1 jusqu’à Snaefellsnes

Superbe lumière ce matin pour aller voir les gros glaçons dans le lac et dans la mer.

On en profite bien, et c’est parti pour 518km en sens inverse… 

On s’arrête à Vik au passage, mouais… beaucoup beaucoup trop de monde pour apprécier la plage. On voit de très loin nos premiers macareux par contre.

J6 – Snaefellsnes et retour

Comme prévu il fait (enfin) plutôt moche toute la journée. Mais coup de bol on a une petite éclaircie lors de notre arrêt à Kirkjufell pour le point de vue iconique du coin (beaucoup plus photogénique qu’en vrai, car les différents éléments sont très espacés, à voir uniquement pour faire la photo)

Après je sais pas si c’est la fatigue, le mauvais temps, le manque de relief de la zone après toutes les beautés qu’on a pu voir les précédents jour, mais j’ai vraiment pas accorché à la zone de Snaefellsnes. C’est mou. Les arrêts touristiques avec bus à touristes sont vraiment nuls, vaut mieux s’enfoncer au pif sur une piste.

Le reste de la journée est sauvée par un macareux solitaire sur une falaise

19h, il est temps de passer la soirée en flanant à Reykjavik (sans grand intéret), avant de prendre l’avion pour une courte nuit de 3h

Bilan

C’était fabuleux, surtout J2 et J4, où j’en ai bien chié à grimper toute la journée, mais ces points de vue bordel. Incroyable.
Même sur la route, et on a quand même fait 2000km au total, dès que le soleil pointe son nez, c’est souvent magnifique. Sorti du cercle d’or tu passes des heures sans voir personne, ou alors tu retombes avec surprise sur le même couple de touriste à 300km de distance.
J’ai vraiment apprécié ce trip, mais la dernière journée me fait dire que c’est quand même très dépendant du temps, car voir la même chose sous la pluie et un ciel gris, ça aurait enlevé beaucoup du plaisir. Et le voir en vrai, la taille des panoramas, le nombre de plans différents, c’est tellement autre chose que ce qu’on peut voir en photos.

: Les grands espaces, les montagnes, le relief, l’eau omniprésente
: Landmannalaugar
: Skaftafell

/ : Snaefellsnes sous la pluie

: Le prix et la qualité de la nourriture, mais bon on est sur une île sans arbres ni verdure.