albweb.fr



Thaïlande : du nord au sud













En lurkant des photos sur le net / flickr, je tombe par hasard sur de jolies photos de moines avec des lanternes. Je me dit wouaaah ça doit etre sympa à topher c’est où ça ? Ah c’est en thaïlande, ça ressemble à quoi comme pays, hum sympa le nord à visiter, le sud avec les îles paradisiaques, la vie pas trop chère, les billets d’avion presque accessibles, on laisse minie-nous chez les grands parents, et partons voir ça avec madame. 

Ca sera notre premier trip en Asie. Et après deux trips en Ecosse et en Norvege sous la pluie (même si le tour en kayak dans la brume du sognefjord valait le déplacement), si je pouvais ramener quelques photos en couleur ça serait top.

Après quelques recherches, je comprend que cette photo fait partie des festivités de Loy Krathong qui se déroulent dans tout le pays, ou plutôt de sa jumelle Yi Peng du nord, qui coincide aux mêmes dates, dates étant fixées quelques mois avant par rapport au calendrier lunaire. Je spot le temple où se déroule cette cérémonie aux lanternes à Chiang Mai (sachant qu’il y’a un énorme lâcher de lanternes à l’extérieur de la ville, mais c’est un peu étrange, mi secte, mi événement payant à touristes, plus gros bordel pour y a aller, je reste sur cette option).

On est un peu limité par la durée d’abandon d’enfant, donc l’idée est d’arriver à Bangkok, prendre tout de suite un avion vers le nord pour Chiang Mai une journée avant le festival, y rester deux jours, prendre le bus direction Sukhotaï (ancienne capitale du Sïam) dont beaucoup de monuments sont accessibles en vélo dans un immense parc, puis retourner en avion vers Bangkok y passer deux jours pleins, et enfin finir par un petit trip dans les iles du sud. On est donc rendu à 6 vols en avion et quelques heures de bus, vu qu’il n’y pas pas de ligne direct en Chiang Mai et Sukhotai. On sera quasi obligé à chaque fois de repasser par Bangkok.

Pour ces iles j’étais d’abord parti sur l’idée de Phuket pour aller en canoé jusqu’à James Bond Island, et faire un tour en speedboat jusqu’à Koh Phi Phi, mais les retours sur le net à base de “trooooooop de monde”, et la durée ultra limitée du temps sur place, j’ai au dernier moment changé nos billets d’avions, et finalement opté pour Krabi et sur les conseils très sympas d’andaman Camp & Cruise booké une journée de tour en longtail dans la baie d’Ao Nang.

J’ai volontairement zappé tout ce qui était exploitation d’animaux. Monter sur un éléphant, ou droguer un tigre pour faire des selfies, c’est mal.

Informations

Durée :

  • 11 jours

Transport :

  • Départ : Vol Air France de Paris (CDG) à Bangkok (BKK)
  • Transfert : Vol Air Asia de Bangkok (BKK) à Chiang Mai (CNX)
  • Transfert : Bus entre Chiang Mai et Sukkotai (billets pris directement à la gare routière la veille, mais du coup on s’est tapé le bus local avec quelques arrêts)
  • Transfert : Vol Bangkok Airway puis Thai Airways entre Sukkotai (THS) et Krabi (KBV) via  Bangkok (BKK)
  •  Transfert : Vol Thai Airways entre Krabi (KBV) et Bangkok (BKK)
  • Retour : Vol Air France de Bangkok (BKK) à Paris (CDG)
  • Pas de voiture louée, mais beaucoup de Tuk-Tuk 

Compte Rendu

J1 : Paris -> Bangkok -> Chiang Mai

Bon le vol Air France jusqu’à Bangkok, entre la place un peu réduite dans le 747, l’écran dégeulasse où on voyait la grille tactile + le système de visionnage en mode dégradé (5 films disponibles à tout casser), nous laissera pas un grand souvenir. Arrivés à l’aéroport de Bangkok on a le temps de prendre deux cartes sim locales pour avoir un max de data, et on embarque direction Chiang Mai. Première impression qui sera confirmée par la suite, dans les zones/transports à touristes ils mettent la clim à donf (et pourtant d’hab j’aime bien ça la clim en plein dans la tronche, mais là le bus qui nous ammene à l’avion c’est la chambre froide). On demandera souvent par la suite aux taxis de baisser la clim.

Le vol Air Asia, qui est sensé etre le low coast local, nous parait archi luxueux après notre tour en bétaillère française, tout est neuf et moderne. Deux petites heures, et un taxi plus tard on arrive en milieu d’apres midi à notre guesthouse à Chiang Mai, et là la fatigue commence à se faire sentir, on se pose sur le lit. Fatale erreur nous faudra deux bonnes heures pour arriver à se relever. On se fait violence pour sortir quand même et profiter de notre première soirée thailandaise, direction le centre et ses temples (comme ça en plus je ferai un petit repérage pour la fameuse cérémonie aux lanternes du lendemain).

Premières impressions des rues Chang Maiennes : les cables enterrés ils connaissent pas, pour traverser faut s’imposer, par contre sympa toutes les petits marchands ambulants et leurs grillades.

On arrive au centre historique, et on découvre nos premiers temples, c’est beauuu (malgré parfois une signalisation suprenante…)

Oh mais qu’est ce que c’est que ce petit jardin derrière ce temple en bois (le Wat Pan Tao), ils accrochent des lanternes dans un arbre… mais ! c’est ma céromonie aux lanternes qui se prépare ! En fait il s’avère qu’elle a lieu plusieurs jours de suite avant et pendant Yi Peng.

Et j’ai laissé mon trépied à la guesthouse….

Je sais d’avance que dans quelques heures ça va etre blindé de monde et que je n’aurai aucune chance d’être bien placé. Donc je plante madame pour me garder la place, je fonce à la guesthouse en mode marche rapide, je prend mon trépied, je repars dans l’autre sens au même rythme, sous les yeux un peu étonnés du staf, qui se demande ce que j’ai pu faire de ma femme au bout d’une heure de visite, et un peu las de tout me recogner à pied, je cède à la tentation de mon premier tuk tuk aka le meilleur moyen de transport au monde. Bon c’est un peu bouché le tuk tuk doit faire des détours, mais au moins je suis pas en train de me tuer en plein soleil. J’arrive au bout d’une plombe à mon spot, toujours défendu par ma femme, pose mon trépied, et attend le coucher de soleil…

Et là franchement c’est encore mieux que je l’imaginais, il y’a pas mal de monde, mais c’est bien rodé, la zone de la cérémonie est bien protégée, les gens assez respectueux, doit y’avoir une bonne soixantaine de photographes + trépied au premier rang, mais ça se passe bien, et la cérémonie est vraiment belle.

C’est un spectacle vraiment sympa, même si on est forcément un peu largué sur le sens profond (de ce que nous en a gentiment expliqué le chauffeur de taxi la “religion” boudiste thai, ce n’est pas basé sur des divinités, mais surtout sur le respect des anciens vivants ou disparus, ce que je trouve plutôt cool), c’est vraiment sympa à vivre et très photogénique.

On rentre ravi de cette première soirée, surtout que du coup j’ai “gagné” une soirée dans mon planning.

J2 : Chiang Mai

Le lendemain on s’est arrangé avec la guesthouse pour nous dégoter un chauffeur de taxi (toujours hyper sympa), pour nous monter jusqu’au Wat Phrathat Doi Suthep (13km au nord de la ville et surplombant celle-ci). Même en arrivant tôt le matin il y’a beaucoup de monde, mais c’est vraiment magnifique.

Il nous emmène ensuite visiter d’autres temples dans Chiang Mai, mais franchement à un moment, quand t’en as vu quatre ou cinq, que t’as pas trop envie de jouer le touriste relou dedans, bah t’as un peu fait le tour.

Donc on lui dit de nous ramener à la Guesthouse, on va aller voir ce que la ville à d’autre à nous montrer. 

Vu que j’ai bien fait le relou avec mes photos hier soir, on finit par faire une petite étape shopping pour madame dans un mall (le central festival), qui nous confirme que l’objet star dans ce pays c’est le smartphone (les gens s’endettent beaucoup ici pour en avoir un vu que les prix sont identiques à ce qu’on peut trouver dans d’autres pays). C’est pas les boutiques dédiées aux samsung & co qui manquent… Tous les marchands qui sont la journée dans la rue, sont collés à leur portable en attendant le client. 

On discute un peu avec notre hôte, qui nous indique que demain soir les festivités de Yi Peng seront au max, comme on est un peu en avance sur notre planning, on lui demande de nous booker un chauffeur pour un day trip le lendemain à Chiang Rai à 200Km de là. C’était pas forcément prévu, on hésite un peu parce que c’est pas donné, mais bon on sait qu’on aura peut etre plus jamais l’occasion

Le soir on visite le marché de nuit, et en en sortant on tombe sur une parade très sympa. Encore une bien bonne soirée.

J3 : Chiang Rai + Chiang Mai

Départ donc pour Chiang Rai, encore une fois un chauffeur (jeune ce coup ci) très sympa. Premier stop au Wat Rong Khum (le temple blanc), qui est tout sauf un temple boudhiste, mais plutôt le délire d’un artiste, symbolisant avec son long escalier/pont le passage du monde des mortels vers l’au delà. On ne s’en rend par forcément compte en photo, mais tout le temple est revêtu de petits miroirs, qui reflète la lumière du soleil et font briller en permancence tout le bordel, c’est assez unique. Associé aux magnifique scultures, c’est vraiment beau. Malheureusement une cérémonie est en cours, les visiteurs ne peuvent entrer que l’après midi, donc on repart de suite, avec l’idée de le visiter sur le chemin du retour.

Prochain arrêt, un temple de style chinois de coup-ci, le Wat Huay Pla Kung, paumé au milieu de nul part, mais qui change vraiment de ce qu’on a pu voir jusque là. On monte d’étage en étages, toujours plus petits que le précédent, avec à chacun de ces étages de superbes scultures de bois, recouvertes de feuilles d’or.

On continue par la visite de la Black House (Baan Si Dum), et son exposition tout autour, c’est très… délirant et dark.

Il est temps de faire demi tour et d’aller visiter en détail le temple blanc, il y’a pas, c’est vraiment superbe et unique. En plus le petit parc autour est très sympa.

Vraiment ce trip à Chiang Rai ça aurait été dommage de ne pas le faire même si c’est beaucoup de route.

L’heure tourne, il est temps pour nous de remonter en voiture, retour à Chiang Mai, ou plutôt précisément sa gare routière pour aller acheter deux tickets de bus pour le lendemain direction sukhotai.

De retour dans le centre de Chiang Mai on sent que ça va bouger ce soir, mais on ne comprend pas trop où, donc on se pose manger assez tôt, et en fin de repas on voit nos premières lanternes dans le ciel. On marche donc dans la direction d’où elle semble provenir, un grand pont à l’est de la ville au dessus de la rivière Ping.

Bon là on va pas se mentir c’est à 90% remplis de farangs (étrangers), mais c’est ambiance festival, assez jeune, c’était un super moment. Tout le monde y va de sa petite lanterne, pendant plus d’une heure le ciel est complétement rempli de ces lumières, c’est très bon enfant. On même été témoin d’une demande en mariage.

Un super souvenir.

J4 : Chiang Mai -> Sukhotai

Alors le trajet de bus, bordel ce que c’était long. On a pas trouvé la version ultra VIP qui marque moins d’arrêt, donc on s’est cogné le vieux machin qui avance pas, s’arrête partout, et au bout de 6 heures on arrive enfin à Sukhotai. On galère un peu à se faire comprendre avec le taxi (heuresement j’ai pensé à imprimer les résas booking.com en version thai, mais le mieux reste une bonne photo), qui nous dépose dans notre guesthouse très sympa, au bout d’une route à tracteur.

Il est 17h, on a le temps de prendre deux vélos, refaire le chemin inverse, et faire un premier petit tour dans le gigantesque parc. J’espérais que les festivités de Loy Krathong continuent un peu ici, mais on est clairement en mode lendemain de fête : ça démonte les barges, ça ramasse les papelards, et c’est complétement désert. Bon on fait un peu le tour en vélo, mais il commence à faire sombre, on fait assez vite un petit tour, je dois faire a peu pres 40cm de trop pour la taille de mon vélo, et c’est blindé de moustiques. On retourne à la guest house un peu inquiet pour la journée du lendemain.

J5 : Sukhotai

Où l’on apprend que les ruines en fait c’est pas du TOUT notre truc. On a des potes qui sont allés au même endroit, et qui ont adoré leur journée à vélo dans ce parc, limite meilleur souvenir du voyage. Suite à leur feedback j’avais d’ailleurs booké deux jours sur place avant de me raviser. Bah heuresement parce que perso au bout de deux heures on en avait marre, la plupart des ruines sont vraiment en ruine, on a pas de guide pour nous expliquer quoique se soit, du coup on s’est retrouvé à zoné comme des nazes à la buvette. Et vraiment cette ambiance lendemain de fête se ressentait après les super ambiances qu’on a pu vivre avant. Puis niveau photos j’arrivai à rien.

On a donc décidé d’abréger et d’aller faire un tour dans la partie nouvelle de la ville situé à quelques kilomètres de là. Comme d’hab on prend un tuk tuk. Sauf que je sais pas si c’est fait expres chaque région de thailande ayant sa propre configuration de tuk tuk, au lieu d’être assis à l’arrière ce coup ci on est en mode propulsion : assis dans une caisse à l’avant, poussé par la mobylette du chauffeur. Du coup on s’est bouffé toute la poussière de la lonnnnngue et trèsssss poussiérieuse route reliant la ville historique et new sukhotai.

Arrivé sur place, on découvre la ville de la déprime, me rappelant mes pires heures au milieu du Maroc, c’est assez glauque, très moche, ambiance ville fantome. On traine notre peine, retournons dans l’autre sens pour un dernier tour sur nos vélos enfant, et passons la soirée à la guesthouse en attendant fébrilement le départ le lendemain.

J6 : Sukhotai -> Bangkok

Le meilleur moment donc à Sukhotai, le départ. Il faut savoir que l’aéroport ne compte que quatre vols par jour (deux allers, deux retours), c’est donc tout petit, on attend l’avion à hélice au bord de l’unique piste, ambiance Tintin et les Picaros.

On arrive à Bangkok sans problème, et là encore une fois je galère monumentalement à faire comprendre au taxi l’adresse de notre guesthouse, je trouve donc la parade ultime qui marchera pour toutes nos prochaines destinations : donner le nom du temple le plus près.

Avantage : on aura plus jamais aucun problème pour se faire reconduire “chez nous”, inconvénient : on se tappera à chaque fois la marche depuis le temple.

J’avais choisi un dodo près des nos targets principales : le Wat Pho et le palais royal, histoire de pouvoir y aller tôt/tard sans problème. Je pense avec le recul que c’était une erreur, car c’est hyper excentré du reste de la ville, et du skytrain, du coup on a passé notre temps dans les tuk tuk (même si c’est le kiff, c’est un peu con de balancer son fric comme ça).

A Bangkok comme partout jusqu’à présent, il fait beau et chaud. On passe le reste de la journée au Wat Pho, sublime.

Grosse déception le Wat Arun est complément recouvert d’échaffaudages, impossible à prendre en photo.

J7 : Bangkok

Vite, vite avant que les chinois (aka pires touristes au monde quand tu veux faire de la photo autre que du selfie débile) arrivent, direction le Palais du Roi avant son ouverture. Peine perdue, il y’a déjà beaucoup de monde, mais heureusment une fois la queue faite, c’est purement gigantesque et on verra qu’à partir de la fin de matinée les touristes débarquent vraiment en masse.

Bon le palais contient surement les plus beaux édifices qu’on ait pu voir. Il y’en a partout, ils sont tous superbes, c’est doré dans tous les sens, c’est top.

L’après midi, on (enfin quand je dis on…) veut aller au marché Chatuchak, mais on tombe sur un chauffeur de tuk tuk de la pire espèce, qui nous dit que ça va bientôt fermer, mais qui à la place nous propose un petit tour à sa façon. Je dois être un peu endormi par tous les bonnes expériences précédentes avec les locaux, car on accepte, mais on comprend vite le malaise quand il nous emmene voir le “black buddha”, minuscule statuette posée au fond d’un temple, où comme par hasard un mec nous aborde pour nous raconter son histoire et nous faire faire un don à la statuette, enchaine ensuite par un petit tour dans un magasin de sapes (que j’avais expressement refuse) pour soi disant lui permettre d’avoir des bons d’essence gratuit. Bref, je suis d’avis de la planter au prochain arrêt sans payer, mais bon pour pas avoir d’emmerdes vu qu’il a été assez malin pour nous demander où on crechait, on le paie et on arrête vite son superbe tour (apparement il s’agit d’un scam courant : http://www.worldwanderings.net/2010/01/31/black-buddha-scam-in-bangkok/).

Le soir, direction le Rajadamnern Stadium pour aller voir de la boxe thai, vu qu’on nous a vendu une ambiance explosive. 

Bon les premiers matchs c’est surtout des juniors qui s’affrontent, mais c’est déjà sympa, au final on regrette pas, ça changeait pas mal des temples.

J8 : Bangkok

Rien de bien glorieux, on marche pas mal, on fait deux trois malls (MBK, The Riverfront en soirée, etc..). On s’est un peu cherché sur cette journée, la chaleur faisait assez mal.

Au retour on prend le best tuk tuk ever, le mec un peu bourré qui roule comme un ouf, chauffe les autres tuk tuk pour faire la course, fait de l’interfile comme un dingo. Un homme de mon coeur.

J9 : Bangkok -> Krabi

Quelques heures d’avion / bus et on arrive à Krabi. On va pas se mentir c’est assez moche, on sent la station balnéaire, et c’est la première fois qu’en se promenant on se fait systématiquement emmerdé par des rabateurs pour les restos ou les salons de massages (des vrais en plus, même pas de blowjob bars). L’ambiance plus sympa du nord nous manque

Et surtout il pleut. Genre pas la petite pluie chaude, non la bonne grosse averse qui te détrempe à fond. Ca me gêne pas spécialement pour cette journée, mais demain on a la journée en bateau de prévu, et la météo prévoit le même temps de chien. Je suis assez déprimé à l’idée que notre seule journée dans les iles soit foirée à cause de ça. Après la déception sukhotai ça ferait beaucoup. La journée se finit molement.

J10 : Krabi -> Koh Hong -> 4 islands

Comme prévu il fait gris de chez gris (mais il pleut pas). On arrive au rendez vous pour le départ au bateau, le seul mec qui parle anglais est à la bourre mais il arrive. Mouais… c’était pas trop le genre d’organisation que j’attendais apres les avis tripadvisor.

Au final le mec arrive, un jeune local très sympa, qui avait un peu trop fait la fête la veille, mais qui sera vraiment cool tout le long de la journée, comme son équipier thai plus discret.

On prend la mer, et là le mirace, en s’éloigant de Krabi, on s’éloigne aussi des nuages qui restent en statique au dessus de la ville et n’en bougeront jamais. On a enfin le droit au full soleil, la journée est sauvée, et s’averera être une des meilleurs du trip. Comme pour chiang rai avoir un bon guide c’est quand même super confort.

En premier lieu on “fonce” vers Ko Hong, avant que se soit trop rempli de monde (et mes amis les touristes chinois avec leur gilet de sauvetage orange), c’est ma première expérience en plage paradisiaque, c’est vraiment beau. La plage est top, les falaises autour, les palmiers, les long tail amarrés, l’eau chaude et transparente. Putain le paradis.

Pour le repas du midi, direction le lagon a l’intérieur de l’île, accessible en bateau en passant entre deux falaises. Et là il y’a pas de mots. Sur 360° c’est superbe, on est quasi seul, le lagon est immense, au top de la baignade, on manque sur le bateau avec cette vue. Le pied.

Petit coup de stress quand je me rend compte que je n’arrive pas à relire les photos de mon appareil, mais en fait c’est un known bug des grosse cartes memoires chez Fuji, ça enregistre quand même, ouf 😮 

S’en suivront les 4 iles de la baie d’Ao Nang, toutes très sympas, sans être trop blindés de monde, et un petit bbq au coucher de soleil (bon dans un petit coin d’ile pas ouf, mais on en avait déjà pris suffisament plein les yeux).

On rentre à la lampe torche, a fond les ballons ravis.

J11 : Krabi -> Bangkok -> Paris

Le matin petit tour à Railey Beach. On monte au viewpoint, comme dit partout sur tripadvisor ca glisse dans tous les sens prévoyez les bonnes chaussures. Monter plus haut et la route au Lagoon, sans expérience aucune en grimpette on a renoncé.

Ensuite go aéroport pour le long voyage retour en passant par Bangkok.

Paris : Bon là, je vous laisse deviner, la veille on était dans le lagon de Ko Hong par plus de 30°C, et là on est dans le RER début décembre à Paris…. Mais ce premier voyage en Asie était une réussite.

Bilan

  : La cérémonie de Loy Krathong au  Wat Pan Tao

  : Le déjeuner au milieu lagon de Ko Hong

: Bangkok, ses palais, ses restaurants, sa vie

: La diversité et le nombre de choses à voir dans tout le pays

: Les thaïlandais toujours très gentils

 

: Krabi, camp de base pour l’accès aux iles, mais l’ambiance très loin du reste du pays

: Sukhotai

Instagram
Twitter