albweb.fr


Ouest USA : Utah et Arizona






















Galerie Photos

Itinéraire et informations

Pour mon premier voyage dans l’ouest américain (voyage solo, orienté photo), le but est de faire la célèbre boucle des Mighty Five de l’Utah, agrémentée comme souvent sur le retour par une excursion dans l’Arizona pour voir Horseshoe Bend, Antelope Canyon et le Grand Canyon. L’idée est de faire un road trip, au rythme soutenu, pour revenir avec les trophy shots qui me font rêver depuis si longtemps, et garder pour un autre voyage une visite plus limitée géographiquement et plus en profondeur. Je vais rouler la journée pour être en position aux levers/couchers de soleil. Clairement je vais survoler les parcs, me contenter souvent des viewpoints et faire très peu de randos, avec seulement 10 jours c’est assumé, le but c’est d’avoir un premier aperçu des différents parcs quitte à revenir une autre fois explorer en profondeur mes préférés.

J’ai choisi le mois d’Octobre pour profiter des premières couleurs de l’automne, et de températures plus clémentes qu’en été (et éviter autant que possible la foule de touristes).

Tous ces parcs sont situés sur le plateau du Colorado, gigantesque étendue de  336 700 km², autrefois un gigantesque bras de mer qui a déposé de nombreux sédiments, qui se sont pas la suite soulevés suite à l’activité tectonique, et sculptée finalement grace à l’érosion.

 

Ce qui explique la grande variété des parcs, c’est qu’ils exposent chacun une ou plusieurs strates différentes :
A 1600 mêtres d’altitude moyenne, les levers de soleil étaient vraiment très froids (j’ai eu -14°C un matin à Bryce), mais dès que le soleil pointe son nez, le très beau temps fait qu’on  se retrouve très vite en t-shirt.
 
Atterrissant à Los Angeles (à quand des vols réguliers et direct Paris / Las Vegas ?), je dois tout d’abord traverser toute la Californie dans sa largeur pour rejoindre les portes de l’Utah puis Zion National Park. Au retour pour perdre le moins de temps possible l’idée est de partir du Grand Canyon après avoir profité du lever de soleil, rejoindre Las Vegas pour 13h, prendre un avion Southwest direction LA, afin d’attraper mon vol pour Paris dans la soirée.
 
Avantage des locations de voiture aux US, les frais d’abandon de véhicule sont souvent inexistants, le prix était même plus intéressant pour moi plutôt que de retourner avec la voiture jusqu’à LA.

Mon programme par jour :

  • J1 : Départ de Paris 15h, atterrissage à Los Angeles à 18h (heure locale), prise de la voiture de location, direction San Bernardino dans la banlieue Nord-Est de Los Angeles, histoire d’être bien placé pour partir le lendemain en direction du désert.
  • J2 : San Bernadino (Los Angeles) -> Zion, en traversant  Las Vegas le midi.
  • J3 : Zion
  • J4 : Zion -> Bryce
  • J5 : Bryce -> Torrey (Capitol Reef)
  • J6 : Torrey (Capitol Reef) ->Moab (Arches / Canyonlands)
  • J7 : Moab (Arches / Canyonlands)
  • J8 : Moab -> Monument Valley
  • J9 : Monument Valley -> Grand Canyon
  • J10 : Grand Canyon -> Las Vegas (avion Las Vegas -> LA -> Paris)
 Au final j’ai roulé près de 3700 km.
 
Pour préparer mon voyage j’ai parcouru ces deux excellents livres de Laurent Martrès, dans la collection « Photographing the Southwest » que je conseille à tous les anglophones (pas de traduction française) amoureux des beaux paysages :

Comme d’habitude pensez à remplir votre ESTA, et n’hésitez pas à réserver vos logements à l’avance si vous souhaitez dormir au plus près des parcs.

Si vous visitez plusieurs de ces parcs, il devient très vite intéressant d’acheter le « America the Beautiful National Parks » qui pour 80$ vous donnera accès à tous les parcs nationaux (mais pas aux parcs fédéraux ou en territoire indiens, comme Monument Valley par exemple). Achat facile aux portes du premier parc que vous visiterez.

Mettez en cache les cartes de la région sur google maps, la réception étant très aléatoire dans les parcs, ça m’a servi plus d’une fois, la cartographie des chemins et principaux points de vue est excellente.

Zion National Park

Le parc est constitué d’un très long canyon, qui peut être parcouru uniquement en haute saison (entre novembre et avril) par un système de navette gratuite, qui vous arrêtera aux principaux départs de randonnées.

Cette navette démarre du Visitor Center jusqu’au Temple of Sinawava.

En amont, un autre système de navettes optionnelles, vous permet depuis Springdale (la ville la plus proche du parc où tout le monde dort), de rejoindre le visitor center et ainsi de s’éviter le tracas d’avoir à se garer au visitor center où les places sont vite très chères (au figuré comme au sens propre).

A savoir qu’il existe une marche de 6km le « Pa’rus Trail », très facile et entièrement pavée, qui permet de ralier à pied les deux premiers arrêts de la navette dans  Zion (Zion Museum et Canyon Junction). Vraiment une première balade très sympa en bord de rivière, qui lors des fortes affluences permet d’éviter la queue au visitor center pour les navettes.

C’est d’ailleurs suite à cette balade que je verrai mon premier coucher de soleil sur un spot très connu : le pont de Canyon Junction, d’où l’on peut voir la Virgin River se diriger vers le massif montagneux du « Watchmen ».

Le lendemain matin c’est derrière le « Zion Museum » que le lever de soleil permet de dévoiler la « Courthouse ». (photo ci dessus)

Je prend alors la route du plus fameux trail de Zion : Angel’s Landing, qui permet de monter un haut d’une arête le long d’un chemin de chaînes. Tout du moins je compte aller au moins jusqu’au Scout Lookout le dernier point de vue avant le passage aux chaines. Et c’est là où je vais m’arrêter car bien qu’on soit début octobre et au premier départ de navette, il y’a déjà beaucoup trop de monde pour que l’expérience des chaines soit attrayante.

Je me contente juste donc de cette petite montée, sachant que le lendemain j’aurai un point de vue bien plus haut : Observation Point. Observation point est un point de vue qui permet de dominer tout le canyon, bien plus haut que Angel’s Landing que l’on surplombe alors.

Pour l’atteindre deux choix : partir du fond du canyon à l’intérieur du parc et monter à la force des cuisses :

 

Ou alors sortir du parc, le contourner par l’est et se rendre en voiture jusqu’au East Mesa Trailhead (on finit sur un chemin de terre pour les dix dernières minutes), et vu que l’on est alors grosso modo à la même altitude que notre objectif, il n’y a plus qu’a marcher une bonne heure à travers la forêt via un chemin très facile à suivre. Prévoir de partir bien avant l’aube, avec des vêtements chauds et une frontale pour pouvoir profiter du lever de soleil.

 

C’est cette deuxième solution que j’avais prévu, d’autant plus qu’à mon arrivée le chemin depuis le canyon était fermé, ce qui m’a permis de profiter de cet incroyable point de vue pendant plusieurs heures pour moi tout seul. Une de ces vues qui n’ont rien à voir entre les voir en photo et les vivre.

A l’ouest de Zion se trouve une scenic road qui longe tout le parc : la Kolob Terrace Road. Si comme moi vous la parcourez à partir de Springdale (donc du sud au nord), vous en prendrez surtout plein les yeux dans le sens retour, car toutes les meilleures vues nous tournent le dos à l’aller

Zion offre également l’opportunité de marcher dans la rivière à l’intérieur du canyon dans ce qui est appellé les « Narrows » mais je ne l’ai pas fait.

Bryce Canyon National Park

A deux petites heures de route de Zion, se trouve Bryce Canyon. Deux choses à faire ici : profitez des points de vue très aménagés, et descendre se promener au milieu des hoodoos (cheminées de fées), via le chemin accessible depuis ces mêmes point de vues.

Ces hoodoos sont formés et creusés par le vent :

C’est ce vent qui m’a d’ailleurs aceuilli très durement au lever de soleil par -14°C, malgré mon tshirt, mes deux polaires, mes gants et ma veste, j’avais extrèmement froid. Ne faites pas comme moi et équipez vous pour l’hiver dans votre valise.

Le soir je me suis rendu au bien nommé « sunset point », mais c’est au lever du soleil au « upper inspiration point » que j’ai pris ma grosse claque, on domine tout le cirque, et les couleurs sont grandioses.

Capitol Reef National Park

Beaucoup moins fréquenté que les autres parcs environnants, j’ai décidé un peu au dernier moment de l’inclure dans mon trajet pour me réserver une petite surprise, par rapport aux autres points de mon itinéraire qui a force de préparation me semblaient déjà familiers.
Torrey est le village étape de ce parc, petite bourgade très sympatique, entouré d’énormes massifs montagneux. La route scénique entre Bryce et Capitol Reef (l’Utah State Route 12) est vraiment à voir (surtout entre Escalante et Boulder).

La zone de Capitol Reef que je souhaitais parcourir est la « Cathedral Valley », boucle de 6h en voiture qui permet de traverser des paysages lunaires voir martiens. Il s’agit d’un chemin de terre et de pierre avec traversée de rivière, sans aucune assistance ni couverture, et vraiment très peu de passage (j’ai du voir deux autres voitures en tout et pour tout). J’étais donc moyen chaud pour y aller avec la voiture de location. J’ai donc fait appel à un outfitter Red Rock Adventure Guides, géré par un couple d’aventuriers Steve & Jen Howe, qui ont une très longue expérience pour avoir randonner partout dans le pays et connaissent parfaitement la région. C’est donc Jen qui m’a conduit, cinquantenaire résolument anti-trump qui en plus de m’avoir montré de superbes endroits, m’a décrit une réalité sociale assez proche de celle que j’imaginais (tous ces gens devant cumuler plusieurs emplois sans vacances ni couverture sociale décente), ainsi que les difficultés des défenseurs du parc contre les éleveurs bovins qui ont le droit de paturer à peu près n’importe où, même dans le plus beau des coins de l’Utah. Vraiment si vous avez l’occasion de passer dans le coin n’hésitez pas à les contacter, j’étais le premier français qu’ils assistaient en 20 ans, il faut que ça change 🙂

Au lever du soleil après deux heures de route j’ai pu voir le temple du soleil et de la lune. Gigantesques formations rocheuses.

 

Puis tout le long du chemin d’incroyables paysages.

En sortant du parc, je suis aller faire un peu de drone autour de la Factory Butte

Moab : Arches & Canyonlands

Autour de la ville de Moab, eldorado des motels, des loueurs de quads et des magasins d’équipement de camping, se trouvent deux parcs parmi les plus connus Arches et Canyonlands. Si Arches ne m’a pas laissé un souvenir mémorable, clairement j’aimerai retourner à Canyonlands pour l’explorer plus en profondeur. Ce parc est découpé en trois sections: Island in the Sky offrant de superbes points de vues à tous, the Needles permettant de longues randonnées, et the Maze (le labyrinthe) le secteur le plus reculé et difficilement accessible pour les longs trails de plusieurs jours où les expéditions en 4×4.

Mon premier coucher de soleil à Canyonlands sera au Green River Overlook.

Le lendemain matin je me rend au Dead Horse State Park adjacent à Arches, qui ne vaut que par son point de vue sur le Colorado.

Je me rend ensuite à un des plus fameux sites de l’ouest : Delicate Arch et son amphithéatre. On est dimanche dès le milieu de l’après midi il y’a beaucoup de monde, malgré la petite marche nécessaire pour s’y rendre, et ça ne sera que selfie après selfie jusqu’au coucher de soleil, mais il faut avouer que le lieu s’y prête bien.

Le lendemain matin je me rends dans le secteur des Windows à Arches, puis le deuxième point de vue mythique : Mesa Arch (pas voulu tenter le lever de soleil, car je sais que les photographes s’y rendent dès 4h du matin pour réserver le meilleur sport, et que ça devient vite la foire d’empoigne quand tout le monde débarque juste avant le soleil).

Il est maintenant temps de quitter Canyonlands et Arches, pour rejoindre LE lieu mythique du western pour moi : Monument valley.

Monument Valley

Inutile de présenter Monument Valley je pense et ses mesas très connus, ici on vient chercher ce qu’Hollywood nous a vendu comme étant l’ouest US. Le site est géré par les Navajos, ce qui ne va pas sans certaines contraintes : impossiblité de s’y promener librement à pied sans guide, même la scenic drive est fermée avant le lever du soleil et après le coucher de celui ci. On est très loin des autres parcs naturels, là c’est un plus un site remarquable. La route au milieu des mesas est aisément pratiquable en SUV, je serai moins preneur en berline, ça doit secouer pas mal.

 

Pour profiter au maximum du spectacle je suis resté dormir à l’hotel du parc : The View hotel.

Page : Horseshoe Bend et Antelope Canyon

Si vous allez à Page, c’est surement pour une de ces deux raisons : voir Horseshoe Bend le célèbre méandre du Colorado, ou voir Antelope Canyon et son canyon sablonneux aux multiples nuances.
 
Pour la première destination c’est très simple, il suffit de se rendre sur le tout nouveau parking (payant 10$ et sans ré-entrée possible avec le même ticket), faire une petite marche de 10 minutes, et hop vous êtes à un des plus incroyables point de vue de l’ouest.

Pour Antelope Canyon c’est plus complique l’accès est (fort heuresement) restreint par les propriétaires indiens, et il faudra vous inscrire à une des compagnies proposant une excursion. Les tours photos avec trépied étant maintenant impossibles à Lower Antelope Canyon, j’ai du me rendre au plus accessible des deux : Upper Antelope Canyon (car oui il y’a deux accès différents). Avec un peu la peur que se soit un gros cirque, vu la taille du canyon, et le monde qui souhaite s’y rendre.

Mais je dois dire que c’était moins pire que ce à quoi je m’attendais, du moins en passant par un tour photo, certes la visite est extrémement guidée, voir militaire, mais on a vraiment le temps d’apprécier les lieux, les guides s’organisant vraiment bien entre eux, et nous garantissaient 2 minutes par spot sans passage de touristes.

L’endroit est vraiment fabuleux et je ne regrette pas d’avoir pu le voir.

UPDATE : les tours photos avec trépied ne seront plus possibles à partir de 2020 : https://petapixel.com/2019/12/11/antelope-canyon-is-shutting-down-its-photography-tours-due-to-crowding-and-negative-reviews/

Grand Canyon

Dernière étape de ma folle aventure, le grand Canyon, que j’ai vraiment touché du doigt me contentant de deux viewpoints. La taille du canyon est indescriptible, et difficile à appréhender, il me faudra surement y revenir et le descendre pour mieux apprécier le spectacle

BIlan

: Une destination tout en haut de ma bucket list enfin cochée
: La diversité des parcs, pas un seul ne se ressemble, énormément de choses à voir dans une seule (mais très vaste) région du monde
: Octobre : le temps parfait, sans la foule

  : Il faut être la retraite et une deuxième vie pour avoir le temps de tout voir.

Instagram
Twitter